mercredi, février 01, 2006

C'est outreau ou pas assez

Peut-on mêler la justice et l'émotion ? On aura un début de réponse le 8 Février, jour de l'audition du juge Burgaud par la commission d'enquête parlementaire.

L'audition des acquittés qui s'était déroulé face aux caméras avait été édifiante sur la mécanique implacable de la justice, surtout lorsqu’elle est pilotée par un autiste comme le juge Burgaud.
Elle avait été impressionnante, émotionnellement très forte tant l'identification était forte. Comment ne pas imaginer ces destins, si simples, si rectilignes, si normaux, se trouvant détournés, brisés du jour au lendemain sur l’inhumanité d’un « petit » juge. Sacrifié sur l’autel du mirage de l’affaire judiciaire parfaite : un crime odieux, des coupables au dessus de tous soupçons. Un fantasme pour juge ambitieux….

Et le 8, s’est au tour du juge d’être placé sur la sellette, face aux caméras, avec ses ex-coupables à moins de 3 mètres. Ça va saigner… Qui sera le premier à sortir la tondeuse ?
Objection votre honneur ! L’émotion, va tout écraser, nous aveugler.
Je ne partirai pas en vacances avec le juge Burgaud qui semble être d’une humanité équivalente à celle d’un requin blanc ou d’un banc de piranha, mais quand même…
Quelles sont les chances pour qu’il s’exprime normalement, que les parlementaires puissent saisir la nature du disfonctionnement dans cette atmosphère de lynchage ?

Le juge sera puni par là ou il a péché. Et on n’aura pas avancé d’un pouce.


0 commentaires:

 

© Template d'origine (Très largement modifié par Phinebacker - 10/2007) New Blogger Templates |Tech Blog